Le jardin
architecture végétale

Authentique poumon vert au sein du quartier de Santa Marina, ce jardin abrite quelques-unes des espèces botaniques les plus anciennes de Viana. D’inspiration française, il répond au souhait du VIIe marquis de Villaseca, Diego Rafael Cabrera Fernández de Mesa (XIXe siècle) de doter le palais d’un jardin, suivant ainsi la mode d’autres nobles de son époque.

6jar


Le terrain actuellement occupé par le jardin appartenait aux maisons des comtes de Torres Cabrera, avec le terrain sur lequel se situent aujourd’hui les patios du Bassin, du Puits, des Jardiniers, de la Chapelle et de la Grille. En 1814, le VIIe marquis de Villaseca (1767-1816), qui jouissait d’une certaine aisance économique, ayant hérité de différentes possessions et de différents titres nobiliaires, considéra que le palais nécessitait plus d’espace et parvint à un accord avec les comtes de Torres Cabrera, qui possédaient les maisons voisines. Ainsi, en 1814, il fut convenu d’échanger une ferme du marquis de Villaseca contre les maisons des Torres Cabrera. Avec cette incorporation, le palais dupliqua pratiquement son étendue. Le marquis justifiait ainsi cette opération : « pour plus de commodité et un meilleur habitat pour sa grande famille, et parce que lesdites maisons ne disposent pas de jardin, et de toutes les autres dépendances et pièces nécessaires, ainsi, pour la séparation des personnes et pour l’emplacement des écuries et les réserves de grains, ainsi qu’à d’autres fins diverses ».



6jardin


6jar2

On ignore la période exacte de réalisation du jardin (vers 1820), mais on constate l’influence française dans la conception, suivant des modèles très utilisés au cours du XIXe siècle. Le jardin est structuré en 16 parterres de buis, à l’intérieur desquels poussent des rosiers, des palmiers dattiers, des agrumes…

L’influence européenne qui caractérise le jardin cohabite avec d’autres éléments antérieurs des jardins hispano-arabes, comme le système d’irrigation au pied et les agrumes. Deux des murs qui entourent l’enceinte sont ornementés de différentes variétés d’agrumes, parmi les plus anciennes du palais.

Du Moyen-Orient aux murs de Viana : le voyage des agrumes

du VIIIe siècle au XIIIe siècle, les musulmans ont rapporté dans la péninsule une abondance de produits botaniques provenant de diverses origines, du Maghreb à l’Extrême-Orient, parmi lesquels certaines variétés d’agrumes et d’autres arbres fruitiers, dont la culture était très répandue dans le jardin-verger andalou. Dans les patios, la culture en espalier au moyen de laquelle l’arbre pousse verticalement en s’adaptant au mur, est la solution pour décorer les parements dans lesquels l’architecture ne joue pas un rôle fondamental, et ce, tout en obtenant des fruits. Il s’agit de l’un des éléments du patio andalou qui a perduré tout au long de l’histoire des patios cordouans.

Irrigation au pied

Ancienne technique héritée des Arabes : au moyen d’une cunette, similaire à un canal d’irrigation, l’eau extraite du bassin voisin est distribuée, en ouvrant et fermant des vannes. Ce système est toujours conservé aujourd’hui, tel que le jardin fut conçu.

Calendrier de floraison des principales plantes

FLO6