Archives
historiques

Archives du palais

L’histoire des archives de Viana est liée aux vicissitudes des propriétaires du Palais de Viana à Cordoue. L’origine de ses fonds remonte à la documentation générée par la famille qui entre le XVe siècle et le début du XVIIe siècle fit du palais sa résidence principale : les seigneurs de Villaseca, marquis depuis 1703. En 1765, les archives commencent à prendre forme et à trouver leur place, réparties dans six salles, sur une mezzanine située près du patio précisément dénommé le patio de l’Archive. À cette époque, la marquise de Villaseca prenait la succession de la maison de Belmonte y Moratalla et son mari ajoutait à ses titres celui de comte de Villanueva de Cárdenas ; toute la documentation associée à ces successions fut intégrée aux archives.



pat1

Au cours du premier tiers du XIXe siècle, une nouvelle vague de documents viendra compléter le fonds, avec l’acquisition successive de nouveaux titres et majorats par les descendants des Villaseca. En 1873, lorsque la marquise veuve de Villaseca épousa en secondes noces Teobaldo Saavedra, le palais et les archives passèrent en possession de la maison Viana, d’autant plus lorsque les marquis Carmen et Teobaldo instituèrent comme héritier le neveu de celui-ci, José, comte d’Urbasa et que ces titres furent logiquement intégrés aux archives.

José Saavedra y Salamanca, IIe marquis de Viana, sera le propriétaire le plus important que connaîtront les archives. Il réunit trois caractéristiques : premièrement, le rôle qu’il a joué dans l’Espagne d’Alphonse XIII, dont il fut l’ami et membre notoire de sa cour ; deuxièmement, l’incorporation, avec son arrivée, de nouveaux titres aux archives ; et troisièmement, le fait que dès 1918, il comprit l’importance historique des archives et décida d’exposer certains documents en vitrine dans le palais, et de les inclure dans les itinéraires de visites élitistes de touristes, avec l’ambition manifeste de convertir cette demeure en un musée, en acquérant pour ce faire d’importantes collections de cuirs, azulejos (carreaux de faïence) et objets d’orfèvrerie. Seul son décès prématuré en 1927 l’empêcha de compléter de nouvelles salles dédiées à la peinture.



Son fils, Fausto, enrichit le palais de Cordoue avec le patrimoine qu’il ramena en 1956 de son palais de Madrid, vendu au Ministère des Affaires Étrangères et qu’il intégra aux archives avec ses titres de succession. En 2000, Jacobo Hernando Fitz-James Stuart, duc de Peñaranda et IVe marquis de Viana, son petit-neveu et successeur, vendit les Archives Historiques de Viana à CajaSur, entité qui en 1980, sous le nom de Caja Provincial de Ahorros de Córdoba (Caisse d’épargne provinciale de Cordoue), avait acheté le Palais de Viana où elles étaient conservées.

Invalid Displayed Gallery

 

Les archives historiques de Viana constituent un joyau pour entreprendre des recherches sur certains personnages de l’Histoire de l’Espagne concernant lesquels très peu de sources documentaires étaient disponibles ; réaliser des études sur des seigneuries, des localités, des titres, des œuvres pieuses ou sur le gouvernement des élites locales ; et posséder de plus amples connaissances et données sur les aspects sociaux, politiques, culturels, économiques, religieux et de la vie quotidienne, à partir des renseignements apportés par les documents conservés dans les archives.